Slasher #06 - MADI, 33 ans - ARTISTE MULTISUPPORTS

Slasher #06 - MADI, 33 ans - ARTISTE MULTISUPPORTS

Salut Madi, je te laisse te présenter et nous dire d’où tu viens ?

Mon nom est Madi, je vis et travaille à Biarritz. Je suis née à Antibes. J’ai beaucoup déménagée pendant mon enfance, principalement dans le sud. J’ai toujours eu du mal à répondre à la question « quelles sont tes origines ?» car je me suis longtemps sentie déracinée. J’ai une partie de ma famille qui vit dans la campagne Toulousaine, une autre dans le pays basque et à Paris.

Je dessine depuis que je suis enfant et étant quelqu’un d’assez obstinée je me suis dirigée dans cette voie. 

J’ai fais mes études à l’École de la Cambre à Bruxelles. J’ai toujours été fascinée par les artistes. Mes parents ne sont pas du tout créatifs mais ils m’ont toujours encouragée et inculquée des valeurs de travail et de persévérance. En revanche mon grand père peignait, l’odeur de térébenthine qui embaumé l’air de son atelier est gravée dans ma mémoire.

 

Quand es tu venu t’installer à Biarritz et pourquoi as tu fais ce choix ?

Je suis arrivée à Biarritz il y a 7ans. Je venais chaque été en vacances chez mon oncle qui habite à Mouguerre. J’ai toujours été attirée par cette magnifique région et c’est suite à une rupture que j’ai décidé de venir m’y installer.

Je vis juste à côté de la côte des Basques. Un environnement bienveillant et inspirant. Je me sens tellement bien dans mon quartier, je suis entourée par mes potes et l’océan, que demander de plus?

 

Peux tu nous décrire ton univers et les supports que tu choisis pour t’exprimer ? 

J’ai toujours du mal à décrire mon style, au final c’est en regardant mes peintures que vous pouvez voir qui je suis.

Je peins, je dessine, je fais aussi des fresques murales pour des particuliers, par le biais de cabinets d’architectes et des institutions. Je fais également du tatouage, et pendant le confinement j’ai expérimenté des collages, de la broderie et des compositions textiles. J’ai pris du recul et j’ai pu faire le bilan de cette folle année que je viens de vivre. Un vrai moment de pause, ça fait du bien.

Mon art évolue. Il est en complète adéquation avec mes états d’âmes. Il y a des périodes intenses, profondes, où les sentiments sont vifs et l’instinct entraine une production obsessionnelle. D’autres moments, où je me concentre sur des choses plus légères, des projets qui me tienne à coeur, des collaborations, des fresques. Mon quotidien est rythmé par l’inattendu et j’adore ça.

Quant choix des couleurs, tout est une question de ressenti. Il n’y a pas de formules précises, je me laisse guider par mes envies et mes émotions.

 

Où est ton atelier ?

Mon atelier est à coté de la gare. On est quatre, il y a Koralie, Marynn et Agnès. Une bulle de femmes inspirantes, artiste peintre, dessinatrice et couturière.

 

Aujourd’hui, comment partages-tu ton temps ?

J’alterne des semaines de travail dans mon atelier et des déplacements pour des fresques en France ou à l’étranger. J’adore voyager et partir sur des périodes plus ou moins longues. J’aime chambouler mon quotidien et me créer des nouvelles routines dans des pays différents.

 

As tu rencontré des difficultés à faire ce que tu fais? 

Évidemment ! (haha)

La vie d’artiste c’est les montagnes russes! Il y a des obstacles, des difficultés mais la récompense est tellement belle, c’est la liberté.

Je n’ai pas le choix, la peinture fais partie de mon équilibre mental, elle m’apaise et donne du sens à ma vie. Et s’il y a un secret pour réussir à vivre de sa passion c’est le travail et la persévérance.

J’ai eu la chance de faire la rencontre de Koralie et SupaKitch il a 10 ans maintenant. Je les avait rejoins à New-York où j’ai passé 4 mois à les assister et à les aider à bosser sur leurs projets. Un vrai coup de foudre amical, ce sont mes anges gardiens, ils veillent sur moi, me conseille, me pousse, ils m’ont aidé à traverser des périodes de doutes et on a vécu de belles aventures ensemble, c’est ma famille et je les remercierais jamais assez pour cet amour inconditionnel <3

 

Parle nous de tes projets ?

D’un point de vue purement artistique, j’ai récemment fais une résidence d’un mois à San Francisco dans la Galerie Legion (en janvier/février).

C’était mon premier solo show. Une expérience bouleversante et intense. Le fait d’être face à soi même à l’autre bout de la planète, dans un environnement complètement nouveau et avec une date de vernissage en tête. L’exposition s’intitulait «  All you Need is timing ». J’avais besoin d’exorciser des peurs, des doutes, des fantômes de mon passé pour tourner la page et fermer un livre. C’est chose faite, je me sens maintenant apaisée et enfin en paix avec moi même !

Autrement, je fais régulièrement des projets de collaborations avec d’autres marques comme par exemple ma collection de bijoux Ajna, avec la talentueuse Cécile Pic. J’ai adoré cette expérience et nous sommes en train d’en concevoir une nouvelle pour septembre.

J’ai collaboré également avec Inside Closet ou encore avec la marque Olow pour la création d’un motif pour leur collection Printemps/Eté 2020. 

Et pour finir je suis actuellement en train de travailler sur une collaboration avec un chef étoilé, Fabrice Idiart du Moulin d’Alotz. C’est une très belle rencontre. Une personne passionnée et inspirante, et j’ai hâte de pouvoir vous en dire plus…

 

Peux tu nous raconter comment tu as été invité à peindre ta fresque de 8m, au Ranch de Kelly Slater, en 2018 ? 

C’est grâce à ma meilleure pote Marynn. Elle était en contact avec John Moore (qui est le designer de la marque de Kelly Slater, Outerknown). On a rencontré John lors d’un voyage en Californie, il nous a ensuite proposé de revenir peindre pour la Founders Cup. C’était une semaine incroyable et complètement hors du temps !

 

Y a-t-il des projets qui n’ont pas aboutis ?

Alors c’est drôle mais en y réfléchissant, je me rends compte que je n’ai pas vraiment d’exemple en tête.

Je crois que justement ce qui me caractérise c’est que je me concentre sur les choses positives et humaines. 

Les années d’expériences ont affutées mon instinct et du coup j’arrive de mieux en mieux à sentir et choisir mes collaborations.

 

Peux-tu nous parler d’une décision importante que tu as prise, et qui a eu une répercussion hyper positive dans le courant de ta vie?

Je suis célibataire depuis un an et demi maintenant. Cette nouvelle vie a clairement eu une répercussion positive sur mon travail. Ma vie professionnelle a évoluée, j’ai pu allée au bout des choses, me recentrer et surtout proposer des peintures plus sincères. Je me sens plus sereine, j’ai passé un cap. Le fait de se sentir bien seule est un challenge et j’ai réussi à dompter la solitude vers le chemin de la maturité.

 

Quelle richesse ressort de toutes tes expériences?

Ma liberté.

 

Qu’est-ce qui te rend le plus heureuse ces derniers temps? 

Mes amis, des moments simples, des fous rires et de la musique.

 

As tu un combat que tu mènes au quotidien ou une cause qui te tient particulièrement à cœur?

La bienveillance (humaine et écologique).

 

Quel est le plus gros challenge que tu as su relever ?

D’un point de vu professionnel ce serait de maintenir un équilibre, entre la cohérence et le renouveau.

 

IDOINE joue beaucoup avec les contrastes et cherche à casser les a priori. Si tu devais te décrire par un contraste ou une association de mots improbable mais qui te correspond, que choisirais-tu et pourquoi?  

PRODUCTION & CONTEMPLATION

Production, pour le côté obsessionnel, je rempli et je me déploie à travers mes créations

Contemplation, car j’aime observer, longuement, prendre le temps, analyser, laisser mon esprit vagabonder sans agir. Je peux passer des heures à regarder, les pensées coulent dans ma tête, comme une écriture automatique. De cet état en ressort mes idées et des directions nouvelles. C’est décousu et rangé à la fois !

 

Est ce que tu es une adepte de la combi ?

Je suis une grande adepte des combinaisons, j’en porte très souvent, pour sortir, pour peindre et dans la vie de tout les jours !

 

Raconte nous une anecdote sur toi, que peu de gens connaissent ?

J’ai lancé une chenille avec ma meilleure amie, Marynn, au Tachi Palace à Lemoore, en Californie. C’était une soirée improbable avec toute la team du ranch de Kelly Slater.

 

Quel est le top 3 de ta bucket list?

  1. Explorer la Mongolie et la Patagonie
  2. Faire une résidence d’artiste en Italie
  3. Apprendre à parler Italien 

 

Le son que tu écoutes en boucle? 

Pour un réveil en douceur : « Crap Kraft Dinner » Hot Chip

 

Un bouquin à nous conseiller?

Koralie vient de m’offrir ce livre de Rainer Maria Rilke «  Lettre à un jeune poète » Il parle de la création artistique comme l'acceptation de ce que l'on est véritablement.

 

Un compte instagram qui te fait rire ou qui t’inspire ?

@les.caractères compte de la comédienne Lison Daniel

@elisarouta (j’adore lire les Chroniques du Royaume elle raconte avec poésie son confinement, une belle évasion lyrique qui fait du bien au coeur)

 

Une adresse à Biarritz?

Chéri Bibi, dans le quartier Beaurivage, Fanny et François proposent des vins naturels et une cuisine gourmande et locale.

 

Ta dernière découverte? 

Les pousses de roquette que m’a fait découvrir Aurélia (@maisonmonik).

 

On peut te suivre où? 

Sur Instagram @_______madi_______

Mon site internet : www.madiwork.com

 

Lire plus

Slasher #05 - PANDORA, 28 ans - Artiste peintre / Surfeuse

Slasher #05 - PANDORA, 28 ans - Artiste peintre / Surfeuse

Slasher #04 - ANOUK, 29 ans – Yogi/ Aventurière/ Surfeuse/ Coach en épanouissement personnel

Slasher #04 - ANOUK, 29 ans – Yogi/ Aventurière/ Surfeuse/ Coach en épanouissement personnel